18/06/2012 04:01:35
Cameroun-Guine Bissau. Coulisses
Les Lions quittent le stade dans un véhicule banalisé. Les fauves ne font plus vendre... Rigobert Song, team manager fashion.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Maillots lions indomptables
Les Lions quittent le stade dans un véhicule banalisé

C’est dans un bus Vip appartenant à une agence de transport interurbain que Denis Lavagne et ses poulains ont quitté le stade Ahmadou Ahidjo samedi dernier après le match. Stationné à la sortie des vestiaires pendant une dizaine de minutes, le véhicule était fortement gardé par des éléments de maintien de l’ordre armés jusqu’aux dents.

Un dispositif de sécurité impressionnant qui n’était pas finalement nécessaire puisque la victoire (1-0) des Lions est venue calmer les ardeurs des supporters en furie et déjouer les plans de tous ceux qui prédisaient à cette rencontre une fin dans le chaos comme celle du 03 juin 2011 face au Sénégal. Des mots d’ordre de boycott lancés par ces derniers, avaient été suivis par une bonne frange de spectateurs qui se préparaient à recevoir le bus des Lions avec des cocktails Molotov en cas de défaite. Mal leur en a pris. 

Les Lions ne font plus vendre

Ils faisaient de la peine. A les voir assis derrière leurs marchandises, la main sur le menton, le regard perdu au loin ou soliloquant, ces nombreux vendeurs à la criée et autres commerçantes qui ont pris d’assaut les extrémités des routes qui conduisent au stade Ahmadou Ahidjo, avaient tous l’air malheureux. Eux qui pensaient qu’en proposant aux (rares) spectateurs qui ont fait le déplacement, des écharpes, des tee-shirts, des sifflets, des Vuvuzelas floqués aux effigies des Lions ou encore des friandises, feraient grossir leurs recettes, ont certainement connu les plus mauvaises ventes de leur vie. 

Approchés, ces vendeurs à la criée qui jadis réalisaient d’énormes bénéfices lors des matchs de la sélection nationale de football du Cameroun à Yaoundé, imputent ce mauvais « climat des affaires » à la série de mauvaises prestations que les Lions indomptables ont enchaîné depuis la double campagne qualificative au Mondial et à la Can 2013. Cette équipe qui n’attire plus de spectateurs, on le sait, traverse une période de disette depuis qu’elle a atteint le stade de la finale pendant la Coupe des Confédérations 2003 (compétition au cours de laquelle le joueur Marc-Vivien Foé trouva la mort au Stade Gerland à Lyon).

Depuis l’épopée de 1990, chaque Coupe du monde à laquelle a participé le Cameroun a été une pilule difficile à avaler pour les fans de cette équipe. Une chute que le public a du mal à accepter, ce d’autant plus que « le Cameroun dispose d’excellents joueurs de foot qui évoluent dans les plus grands championnats d’Europe. Leur talent ne fait plus de doute. Mais la plupart du temps, on a l’impression que l’équipe est condamnée à ne fournir que de mauvais résultats. Le problème ne se pose pas au niveau de la qualité des joueurs, mais se situe au niveau des responsables administratifs qui ont la charge cette équipe », tempête, fou de colère, un commerçant.

Rigobert Song, team manager fashion

A l’applaudimètre, il a carrément affolé les compteurs et ravit la vedette aux Lions indomptables. Au début comme à la fin de la rencontre, Rigobert Song Bahanag, team manager des Lions indomptables a émerveillé le public par son look, son style et sa classe.

Pour ce match Cameroun-Guinée Bissau, Magnan arborait un costar et un panta-court estampillé Rig-Song comme chez plusieurs créateurs tels Junya Watanabe à Kenzo en passant par Kris Van Asche. Le tout assorti d’une jolie ballerine noire. Un accoutrement qui lui donnait des allures d’un vrai mannequin. Même les admiratrices des Lions qui ont souvent l’habitude de scander le nom de certaines stars de cette équipe n’avaient plus d’yeux que pour l’ancien « capitaine courage » de l’équipe nationale fanion. Sacré Rigo.

Rassemblés par C.T


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE