04/07/2012 04:31:02
Championnats africains d'athltisme. La grosse dsillusion des athltes camerounais
Honte et déshonneur. Avec une maigre médaille en bronze au classement final, le Cameroun occupe les profondeurs du tableau des championnats d’Afrique d’athlétisme qui se sont achevés dimanche 1er juillet, au Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Athlètes camerounais

Honte et déshonneur. Avec une maigre médaille en bronze au classement final, le Cameroun occupe les profondeurs du tableau des championnats d’Afrique d’athlétisme qui se sont achevés dimanche 1er juillet, au Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo.

Entre abandons et contreperformances, la Cameroon olympic team a été incapable de réaliser les minimas pour les jeux olympiques de Londres. 

Rideaux sur les 18èmes championnats d’Afrique d’athlétisme et grosse surprise au bouquet final. La compétition a tourné à l’avantage du Nigeria qui se taille la part du lion avec un total de 21 médailles dont dix en or, six en argent et cinq en bronze sur les 133 médailles distribuées.

Grâce aux succès de Gloria Asumnu (200m dames), de Muizat Odumosu (400m haies dames), de Vivian Chukwuemeka (poids dames) et du relais 4x400m femmes, le Nigeria est la nation africaine la mieux classée. Les kenyans, toujours aussi dominateurs sur le fond prennent la seconde place avec 9 médailles en or (avec toutefois la première place au nombre total des médailles) devant les Sud-africains (6 médailles en or). Derrière ce trio, vient le Sénégal avec ses 6 médailles, dont la moitié en or. La principale surprise vient du classement des Ethiopiens qui n’ont remporté que trois médailles (1 en argent, 2 en bronze). Mais où est-donc passé le Cameroun dans ce classement ? Il faut fouiller jusqu’au 21e rang pour retrouver les compatriotes de Carole Kaboul.

Les raisons de cette performance déshonorante ? La laborieuse préparation et les interminables couacs qui ont émaillé le séjour de la délégation camerounaise à Porto-Novo. On se souvient que les départs de ladite délégation se sont faits en pièces détachées, faute de moyens financiers. Prévu le mardi 26 juin 2012, c’est le lundi soir que la dernière file d’athlètes camerounais a foulé le sol béninois. Un jour avant le démarrage de la compétition, le président de la Fédération camerounaise d’athlétisme (Fecaa), Jacques Sébastien Mbous et quelques athlètes se trouvaient encore au ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep) à Yaoundé.

Résultat : Treize athlètes camerounais sur les 25 ayant réalisé les minima ont eu la chance d’effectuer le voyage, en raison des restrictions budgétaires imposées par les pouvoirs publics. Résultat de courses, la plupart des athlètes qui ont effectué le déplacement pour Porto-Novo n’ont eu que quelques heures de repos avant le début de la compétition. D’autres ont même débarqué le soir de la cérémonie d’ouverture, soit la première journée des hostilités. Il ne fallait donc pas s’attendre à un miracle.

Hugo Mamba

Autre fausse note, « la délégation camerounaise au Benin, malgré la volonté et la hargne qui animaient les athlètes, était la plus désordonnée. Chaque jour, des complaintes et des revendications fusaient de toutes parts », confie sous cape, un membre de la Cameroon team. Une mauvaise organisation qui envoie le pays de Hugo Mamba Schlick au 15e rang au classement final par points. C’est d’ailleurs grâce à sa médaille de bronze au triple saut que le Cameroun a évité le ridicule. Même si grâce à ce bond de 16m 34, l’athlète est encore loin de la qualification pour les prochains Jeux olympiques de Londres. Comme lui, plusieurs athlètes camerounais devront vivre cette grande compétition à la maison.

C’est le cas au 4x100 m de Charlotte Mebenga, Fanny Appes Ekanga, vices championnes d’Afrique qui ont carrément abandonné la compétition. Idem pour Sergine Tatiana Kouanga et Delphine Atangana, impuissantes. Au lancer de disque, Xavio Tchimtchou se contente du 7e rang après un lancer de 51m 04. Un peu comme Sarah Ngo Ngoa en saut en longueur qui n’a pu faire mieux que 5m 95 (8e). Même Auriole Dongmo en qui on avait pourtant placé des chances de médailles en or au lancer de poids a échoué au pied du podium. 

Le Cameroun a donc été incapable de réaliser les minima nécessaires pour Londres 2012. Pour Michel Nkolo, « il faudrait qu’on réorganise la Fédération afin que chacun fasse son travail comme il se doit. Si nous continuons à travailler dans cette ambiance de désordre qu’on a connu avant et pendant la compétition, nous allons connaître les mêmes désagréments lors des échéances futures », prévient le directeur technique national (Dtn).

Christian TCHAPMI

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE