11/07/2012 03:15:47
Au tribunal. Andem William poursuivi pour agressions et coups
L’ancien gardien de buts et capitaine des Lions Indomptables est accusé par un plombier demeurant à Douala d’avoir par ailleurs, refusé de payer entièrement la main d’œuvre convenue.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’ancien gardien de buts et capitaine des Lions Indomptables est accusé par un plombier demeurant à Douala d’avoir par ailleurs, refusé de payer entièrement la main d’œuvre convenue.

L’affaire date de mars 2009. En effet, «je suis en relation d’affaire avec monsieur Andem Williams depuis 5 ans, notamment pour les travaux de génie civil dans son chantier. Ainsi, j’ai été recruté par ce dernier pour effectuer les travaux de plomberie sanitaire dans son immeuble situé au quartier Bonamoussadi. Ce dernier n’était pas régulier au Cameroun et n’ayant pas financé ses travaux entièrement, nous travaillions à son rythme et de façon discontinue. Ainsi à mes heures libres et surtout n’étant pas occupé, j’exerce parallèlement chez certains de mes clients pour nourrir ma famille», raconte Ernest Yemeli, plombier, au reporter du Messager.

Poursuivant sa mésaventure, il déclare : «arrivé au Cameroun, Andem William m’appelle et me fait savoir qu’il a pris de l’argent aux locataires pour finir 6 appartements qui restaient sur 18 que constitue son immeuble, par conséquent et sans demander notre point de vue, il nous oblige de finir ses travaux rapidement et dans un bref délai. Malgré cette décision surprenante, nous nous sommes mis au travail jusqu’au 12 mars où j’avais livré 4 appartements sur 6.  Le vendredi 13 mars à 11 heures, Andem Williams arrive au chantier, et m’appelle alors que j’étais allé effectuer des travaux de dépannage chez une cliente. Je me suis rendu immédiatement au chantier. Voulant lui dire où j’étais ainsi que les causes de mon retard, il n’a pas voulu me comprendre et s’est mis à me battre au point où ma dent a subi un choc. Il a toujours l’habitude de me menacer. Ma motocyclette et mon matériel de travail ont été retenus par lui sans aucune raison avant de m’être restitué à la suite d’une sommation de payer et de remettre les effets signifiée le 20 mars 2009 par exploit d’huissier ».

Des coups de poing

En plus,  Ernest Yimeli affirme que suivant les accords, il était chargé de la pose des appareils sanitaires dans les 18 appartements que comprend l’immeuble et le rez-de-chaussée. En contrepartie, Andem Williams devait payer la somme de 1.500.000 Fcfa convenu pour la main d’œuvre. En exécution de son obligation, le plombier a réalisé les travaux dans 16 appartements déjà réceptionnés, et il ne restait plus que 2 appartements pour finir. En paiement de la main d’œuvre convenue, il dit n’avoir perçu, en plusieurs versements, que la somme totale de 850.000 Fcfa.

Pour le mis en cause, «c’est une vieille affaire. Pourquoi les gens veulent toujours nuire aux autres .Je ne connais pas ce monsieur. Pouvez-vous me rappeler son nom ?» Se demande-t-il au téléphone. Avant de  se rétracter finalement : «Il vient se plaindre chez vous comme si vous étiez la police. Je vais le poursuivre en Justice. Il n’est pas important qu’on se rencontre pour parler de cette affaire qui pour moi est classée depuis des années. Je crois que ce monsieur est décidément dans une logique consistant à ternir mon image. Je ne lui ai jamais donné des coups de poing», déclare-t-il laconiquement au reporter du Messager qui s’apprêtait à le rencontrer pour avoir sa version des faits.

Blaise-Pascal Dassié

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE