04/08/2012 06:25:22
Lionnes indomptables. Les leons d'une dbcle programme
Apprentissage laborieux pour l’équipe nationale camerounaise féminine de football à Londres. A la vérité, il y avait une grosse dose d'inexpérience dans le jeu du Onze camerounais et cette première participation aux J.O a été une bonne jauge pour elles. En une semaine, le groupe qui n’a connu que de revers, en a certainement beaucoup appris...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Apprentissage laborieux pour l’équipe nationale camerounaise féminine de football à Londres. Pour son troisième match dans le tournoi olympique, le Cameroun s’est incliné mardi 31 août, face à la Nouvelle-Zélande (3-1). Une troisième défaite d’affilée qui découle des mauvaises conditions d’encadrement, de l’impréparation de l’équipe et du traitement à deux vitesses dont elles ont toujours été victimes. Décryptage.

11 buts encaissés contre un seul inscrit. Trois matchs, trois défaites sur des scores fleuve. Une défense poreuse, un milieu de terrain sans relief et une attaque stéréotypée, un encadrement technique dépassé par les événements. Une joueuse (Drusille Ngako) qui prend le large et laisse ses coéquipières dans l’émoi... Le Cameroun a vu des vertes et pas mûres dans ce tournoi olympique de football féminin, des Jeux de Londres 2012. Raïssa Feudjou et ses coéquipières n’ont pas réussi à remporter le moindre point dans cette compétition. Comme le Brésil (0-5), la Grande Bretagne (3-0), la Nouvelle-Zélande a remis ça en faisant mordre la poussière aux Camerounaises (3-1).

Les Néo-Zélandaises ont trouvé l’ouverture en fin de première mi-temps par Smith (43e). Puis en début de seconde période, les Lionnes ont donné un coup de main à leurs adversaires avec un but contre son camp d’Amarielle Isis Sonkeng à la 49e. Peu après la demi-heure de jeu, les Néo-zélandaises tuent le match avec un troisième but marqué par Gregorius à la 62e. Mais le Cameroun va sauver l’honneur en inscrivant son premier but dans la compétition par le biais de Gabrielle Aboudi Onguene (75e). Une petite consolation pour le Cameroun qui a évité de justesse d’être plus ridicule.

Controverse

A la vérité, il y avait une grosse dose d'inexpérience dans le jeu du Onze camerounais et cette première participation aux J.O a été une bonne jauge pour elles. En une semaine, le groupe qui n’a connu que de revers, en a certainement beaucoup appris. Même si  les efforts nécessaires pour rattraper le fossé que l'on a vu entre des formations aguerries comme celles de la poule E et le noviciat issu du championnat national féminin ne sont pas encore d’actualité. Il ne fallait pas s’attendre à un miracle. Les trois sorties foireuses des 18 fauves étaient prévisibles et les résultats qui s’en sont suivis ne devraient surprendre personne. Cette déconfiture est logique car nos pauvres Lionnes ne payent là que le prix de l’impréparation née de l’abandon des pouvoirs publics qui ont toujours logé le football féminin-et de surcroit l’équipe nationale-à la mauvaise enseigne, bien loin du traitement princier que bénéficient les Lions indomptables.

Les sirènes de cette débâcle sifflaient déjà depuis des lustres. Avec une grosse controverse autour des équipements, des incertitudes sur le lieu du stage et une préparation à la va-vite à Aberdeen (Ecosse), Françoise Bella et ses coéquipières ne pouvaient prétendre à mieux.

On se souvient que c’est grâce à un matraquage médiatique que le ministère des sports et de l’éducation physique (Minsep) a consenti à les faire rentrer en stage en juin 2012 alors qu’elles avaient obtenu leur ticket de qualification depuis septembre 2011. Que dire de leurs primes de qualification !

A la veille du match de qualification contre les Black Queens du Ghana, pour la Coupe d'Afrique des nations (Can) Guinée équatoriale 2012, le ministre des sports souhaitait verser 250 000 Fcfa à chacune des joueuses. Mais, les Lionnes et leurs encadreurs par solidarité ont refusé cette somme insignifiante, au motif que la prime des Lions seniors n'a souvent rien à voir avec de telles broutilles. Adoum Garoua avait finalement revu à la hausse les montants de ces primes de matches. Résultat, pour leur victoire face aux Ghanéennes, les joueuses ont empoché individuellement 1.000.000 de Fcfa. Bref, des exemples pour montrer la maltraitance de cette équipe par les dirigeants sportifs sont légion.


Nonobstant cette sortie précoce de la compétition, les camerounais doivent rester indulgents envers ce groupe parce qu'il a surtout eu le mérite de se qualifier pour ce rendez-vous prestigieux. Ils y ont cru au début par affection et que, pour avoir vu le parcours de ces jeunes filles depuis trois ans déjà, il y avait une marge, même infime, de mieux paraître au niveau du tableau d'affichage. Maintenant que c'est fait et que l'on a tout dit, ou presque, le travail va véritablement commencer puisque le plus dur est à venir : garder la tête haute pour les échéances futures notamment la Can féminine de novembre prochain à Bata.

C.T


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE