17/08/2012 02:53:08
Le lien complexe entre l'argent et le sport
Le coureur jamaïcain Usain Bolt a déclaré qu’il ne participera plus aux compétitions sur le territoire de la Grande-Bretagne, car il juge trop élevé l’impôt qu’il paie sur les recompenses obtenues. Cette déclaration a relancé la discussion sur la commercialisation du sport.
ruvr
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Usain Bolt
Le coureur jamaïcain Usain Bolt a déclaré qu’il ne participera plus aux compétitions sur le territoire de la Grande-Bretagne, car il juge trop élevé l’impôt qu’il paie sur les recompenses obtenues. Cette déclaration a relancé la discussion sur la commercialisation du sport.

La déclaration d'Usain Bolt sur le boycott des compétitions au Royaume-Uni a eu l’effet d’une bombe dans les médias et le milieu sportif. Et cela n’a rien à avoir avec une décision semblable du joueur de tennis espagnol Rafael Nadal. Dans la cas de Bolt, les experts sportifs supposent qu’il s’agit d’un faux pretexte. Certes, l’impôt sur la récompense au Royaume-Uni est très élevé – il représente 50% de sa valeur. Mais lors des Jeux Olympiques de Londres, les sportifs étaient exempts de cet impôt à la demande générale. D’ailleurs, cet impôt est prélevé dans tous les pays du monde, précise l’expert de l’agence d’analyse Investcafé Anton Safonov.

« Si un revenu est obtenu sur le territoire d’un pays, il faut payer une taxe sur ce revenu », explique-t-il. « Mais pour la plupart des événements sportifs, les organisateurs abolissent ces taxes. C’était le cas à Londres cet été. Et même si le sportif paie l’impôt sur sa récompense dans le pays où il l’a reçue, il sera exempt d’impôt sur cette récompense en revenant dans son pays natal. Seuls les Etats-Unis, l'Erythrée et les Philippines font exception à cette règle. Quant aux Etats-Unis, ils comptent abolir bientôt cet impôt ».

Ces affirmations des athlètes concernant les recompenses ont relancé la discussion des experts sur l’importance de l’argent dans le sport. Peu à peu, le sport a cessé de jouer le rôle de passion dans la vie des athlètes. Le sport – c’est désormais du travail qui est imposable d’impôt, comme n’importe quel autre emploi, qui permet à quelqu’un de gagner sa vie. Et tout comme dans d’autres professions, le décalage au niveau des salaires est important dans les métiers du sport, explique le commentateur sportif de la chaîne de télévision NTV + Denis Kazanski.

« Nous avons besoin de faire une distinction entre les sports olympiques et le sport professionnel, lorsque nous parlons du football, du hockey ou de la course automobile. En terme de revenus, les différences sont considérables, surtout si l’on ne prend pas en considération les sports olympiques, une partie de l’athlétisme, le tennis, ou le basketball, où les sportifs touchent des primes importantes. Mais dans d’autres catégories sportives, les athlètes ont du mal à gagner leur vie avec ce qu’ils font ».

Les primes pour les records olympiques sont versées non pas par les organisateurs des compétitions ou le Comité international olympique, mais par les divisions olympiques nationales et les gouvernements. En terme de bénéfices, il est plus avatageux d’être champion de Géorgie, car ce pays verse une recompense de 200.000 dollars pour chaque médaille d’or olympique. A titre de comparaison, en Russie, l'or est estimé à 125.000 dollars, en Chine – à 54.000, et aux États-Unis – à seulement 25.000 dollars. Donc, plus on gagne de médailles, plus le revenu sera important. Mais ce serait souhaitable que les Jeux olympiques restent à l’écart des intérêts mércantiles des sportifs, ajoute Denis Kazanski.

« Le titre de champion olympique et les médailles olympiques sont avant tout le but idéologique du travail d’un sportif qui donne un sens à sa carrière. L'argent – c’est une chose, mais le prestige sportif en est une autre. Car les noms de champions olympiques, tout comme ceux des médaillés d'argent et de bronze resteront gravés dans la mémoire des gens et dans la mémoire du sport mondial ».

Ceux qui ont le plus de difficultés à payer les impôts pour leur victoire aux JO – ce sont les médaillés olympiques qui représentent la Norvège et la Suède. Ils reçoivent en recompense pour leur victoire une île ou une rue de leurs pays, sans toutefois en devenir propriétaires. Si ces sportifs gagnent de l’argent pour leur victoire, cet argent vient uniquement de leurs sponsors.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE