17/08/2012 02:58:13
Joseph Antoine Bell attaque Hayatou et Raouraoua
Voici le texte intégral sous le titre : « Ils veulent transformer la CAF en bunker ».
FootAfrique
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Joseph Antoine Bell

Dans un entretien accordé au quotidien ivoirien info soir, l'ex-capitaine des Lions indomptables et une des voix les plus écoutés du football africain s'en prend au clan Hayatou et à son meneur, le cumulard de la fédération algérienne Mohamed Raouraoua dont les ambitions sont sans limite. Voici le texte intégral sous le titre : « Ils veulent transformer la CAF en bunker ».

La proposition de modification des statuts de la Caf sur les conditions d’éligibilité du président, faite par la fédération algérienne de football et qui devrait faire, on l’imagine, l’objet d’un débat houleux en septembre prochain aux Seychelles, n’est pas sans susciter déjà la polémique et surtout la colère chez certains acteurs du football africain. Le Camerounais Joseph Antoine Bell, ancien international, consultant sur Rfi, est de ceux qui ne décolèrent pas depuis que cette proposition est parvenue aux présidents de fédération. L’ancien gantier des Lions indomptables du Cameroun que nous avons joint au téléphone dans la matinée de mardi dernier, dénonce une tentative de confiscation de la Confédération africaine de football par «ceux qui, dit-il, gèrent le football africain depuis 25 ans».

Selon Bell, cette proposition n’obéit à aucune logique. «Issa et ses lieutenants veulent transformer la Caf en un bunker. Ils sont convaincus que les Africains ne veulent plus d’eux à la tête de leur football, alors ils se barricadent avec des textes pour se maintenir au contrôle du football africain. Leur objectif est d’éloigner de la Caf toutes les intelligences africaines» a-t-il dénoncé, avant de s’interroger : «Pourquoi il y a autant de restrictions pour la Caf alors que ce n’est pas le cas à la Fifa, à l’Uefa, au Cio ?».

Pour Antoine Bell, exiger que les candidats à la présidence de la Caf soient membres du comité exécutif ou aient été membres «c’est nier l’intelligence des présidents de fédération, c’est ne leur accorder aucune autonomie de réflexion, c’est à la limite leur dire qu’ils ne savent pas ce qui est bien pour eux, c’est les infantiliser» a-t-il dit.

Joseph Antoine Bell pense que «le rendez-vous des Seychelles en septembre prochain, est une bonne opportunité pour les présidents de fédération de démontrer qu’ils ne sont pas des idiots, qu’ils sont plus compétents que ceux qui gèrent la Caf depuis 25 ans, qu’ils ne sont pas ce que Issa et ses hommes pensent d’eux, c’est-à-dire des pantins pour qui on doit toujours prendre des décisions».

Parce que pour Bell, «la proposition de modification des statuts de la Caf à quelques mois du terme du mandat d’Issa est fallacieuse et fait honte à l’Afrique. Elle démontre qu’il n’y a pas que les politiques qui tordent le cou à la démocratie».

«Pourquoi depuis 25 ans qu’il est à la tête du football africain, Issa Hayatou n’a jamais songé à changer les conditions d’éligibilité à la présidence de la Caf ?», s’est-il interroger, avant de répondre : «Il a pris conscience de ce qu’il ne fait plus l’unanimité, il sait qu’il est vers la sortie, mais il y a autour de lui des gens qui se battent pour préserver leurs intérêts à travers son maintien à la présidence de la Caf. Voici tout le problème. Je ne vois pas quel président de fédération lucide peut voter une telle loi».

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE