12/10/2012 02:59:27
Cameroun-Cap-Vert. Les Lions indomptables 90 minutes de la Can
Qui vivra verra dimanche soir.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Lions indomptables du Cameroun

Conscients de l’enjeu de la rencontre et gonflés à bloc par l’osmose qui renaît entre les joueurs et le public, la sélection nationale qui accueille ce dimanche l’équipe capverdienne, n’a plus que quelques heures pour trouver le remède miracle afin de venir à bout de cet adversaire qui n’entend pas jouer les porteurs d’eau.   

Mission commando ! Victoire impérative ou rien. C’est peu que de dire que les Lions indomptables sont sous pression. Car on connaît bien dans quel état d’esprit les 26 fauves convoqués par le nouvel entraîneur sélectionneur national entendent aborder cette rencontre capitale face au Cap-Vert.

Désillusionnés à Praia (0-2), Nicolas Nkoulou et ses coéquipiers  doivent  obligatoirement inscrire  trois buts sans en concéder pour valider leur ticket. Après un remue-ménage qui a abouti au limogeage du sélectionneur et à la négociation du retour dans l’équipe, après huit mois de suspension  du goléador Samuel Eto’o, le public camerounais qu’on connait exigeant brûle d’impatience de revoir le « Onze national » à l’œuvre et ne supportera pas de voir ses favoris rater une deuxième fois consécutive une phase finale continentale.  

Mais avant, il faudra trouver la formule magique pour « dévorer » les Requins bleus, 51e nation au classement Fifa, qui n’a jamais eu le bonheur de savourer les délices d’une Can. Depuis deux ans, le bilan de ce pays, ancienne colonie portugaise est positif en matches officiels avec 8 victoires, 1 nul, 4 défaites, 21 buts marqués contre 13 encaissés. En comparaison, dans le même temps, le Cameroun a remporté 8 matches, en a perdu 4, a fait 6 nuls, marqué 24 fois et encaissé 15 buts.

Pour la quatrième séance de préparation, les poulains de Jean Paul Akono ont disputé mercredi dernier un match-test face à la Jeunesse sportive de Ngoulemakong, une sélection de deuxième division régionale. La rencontre à laquelle le public a massivement répondu présent s’est achevée sous le score sans appel  de 5 buts contre 1 en faveur des Lions. Le nouveau sélectionneur national a, pour la circonstance, aligné deux formations aux visages différents. Une équipe de jeunes, conduite par Modeste Mbami, en première période et une autre constituée d’anciens sous la férule de Nicolas Nkoulou. Malgré le beau jeu qu’a produit l’ensemble du groupe, il reste difficile d y déceler l’ossature de l’équipe type qui sera alignée face au Cap-Vert.  

Lùcio Antunes 

Après cinq jours de stage bloqué passés dans les installations de l’académie du mythique club omnisports Sporting de Lisbonne au Portugal, la délégation capverdienne s’envole de Praia cet après-midi par avion spécial pour arriver à Yaoundé aux environs de minuit. Le coach Lùcio Antunes et ses poulains, qui, visiblement ne font pas confiance à la cuisine camerounaise, vont débarquer avec une cargaison d’aliments. « Ils ont même sollicité l'aide de nos autorités pour le dédouanement de ladite cargaison », renseigne Linus Pascal Fouda, le Team Press officer des Lions.

A bien regarder, les Requins redoutent une intoxication alimentaire qui les fragiliserait et les empêcherait d’être en jambes. Certes, ils abordent le match avec un avantage de buts mais surtout ont à cœur de rééditer l’exploit du match aller où l’équipe était composée uniquement de joueurs expatriés. Huit évoluaient même en Superliga, un championnat portugais dont les clubs obtiennent de meilleurs résultats en Coupes d’Europe que les clubs français.

Grâce à cet exode, la sélection capverdienne a gagné en confiance et en expérience. Les Capverdiens ont donc faim de reconnaissance. Jean Paul Akono pour sa part n’a que quelques heures pour mobiliser ses guerriers, asseoir un système de jeu pour parer à toute éventualité et briser le rêve bleu de ses adversaires. Outre Samuel Eto'o, Pierre Wome Nlend, Jean II Makoun, Modeste Mbami, Achille Emana et Achille Webo devront mouiller le maillot et prouver qu’ils ont encore de beaux restes. Balle au centre. Qui vivra verra dimanche soir.

Christian TCHAPMI

 


comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE