13/10/2009 14:27:00
L'Argentine joue sa peau
L’Argentine, en sursis, abat ses dernières cartes mercredi lors du choc face à l’Uruguay. Une victoire à Montevideo qualifierait directement les protégés de Maradona pour le Mondial. 
Ismal Bouchafra-Hennequin
Sport24.com
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Argentina

A l'image de Jonás Manuel Gutiérrez (troisième en partant de la droite),
l'Argentine implore les dieux du foot de la laisser aller au Mondial. (Reuters)

Palermo en sauveur de la nation
L’Argentine est toujours en vie dans ces éliminatoires. Et c’est déjà un petit miracle en soi. Après trois défaites consécutives concédées face à l’Equateur (2-0), au Brésil (1-3) et au Paraguay, les Albiceleste ont réussi à stopper l’hémorragie contre le Pérou (2-1), samedi. Un match au scénario incroyable qui a fait chavirer toute l’Argentine... et les amoureux du ballon rond. Menant 1-0, les hommes de Diego Maradona se sont fait rejoindre à la toute dernière minute à la suite d’une tête de Rengifo (90e). C’est alors que «San Palermo» sortit littéralement de sa boîte. Lui, le vieux briscard (35 ans) qui traîne une réputation de poissard, à qui tout sourit depuis quelques semaines. A la limite du hors-jeu, il reprenait en renard des surfaces un centre contré de Federico Insua (90e+3). Le Monumental, trempé jusqu’aux os, pouvait exploser de joie. A ce titre, la réaction de Maradona juste après le but est révélatrice : le Pibe de Oro s’offrait un plongeon rageur sur le ventre qui le vit glisser sur plusieurs mètres. Dans la foulée, le Péruvien Vargas, voyait sa frappe de plus de 50 mètres toucher le haut de la transversale argentine. Ultime frisson d’une soirée à rebondissements. Le désastre a été évité de peu. A-t-il été définitivement écarté ou simplement repoussé à mercredi ?

Uruguay-Argentine, une finale trois étoiles
L’Argentine est aujourd’hui 4e de la zone AmSud mais n’est pas pour autant sauvée. Elle est en sursis. Sa place à la prochaine Coupe du Monde n’est, pour l’heure, toujours pas assurée. Deux réels prétendants peuvent encore espérer la devancer. Tout d’abord, l’Equateur de Luis Valencia (6e), qui se déplace au Chili lors de la dernière journée. Ensuite, l’Uruguay de Diego Forlan (5e), actuellement en position de barragiste. Justement, les Argentins se rendent mercredi à Montevideo dans ce qui s’apparente déjà à un match couperet. Comprenez plutôt : ça passe ou ça casse pour la Seleccion. Différents scénarii sont à envisager. Le plus simple est le suivant : si l’Argentine bat la Celeste, elle empochera directement son billet pour le Mondial sud-africain. Autrement dit, Lionel Messi* and Co ont encore leur destin entre leurs mains. Tout autre résultat les rendrait tributaires de l’Equateur et de l’Uruguay. Les Charrúas, vainqueurs in extremis de l’Equateur à Quito (penalty de Forlan à la 93e !), restent plus que jamais dans la course. Une victoire face à l’Albiceleste et les hommes d’Oscar Tabárez s’envoleront en Afrique du Sud. La 191e bataille du Rio de La Plata promet en tout cas d’être chaude et animée.

Un nouveau miracle ?
L’Argentine est désormais obligée de sortir le grand jeu pour participer à sa 15e Coupe du Monde. Ce serait sa 10e phase finale consécutive puisque l’Albiceleste n’a plus manqué un Mondial depuis 1974. Pourtant, au vu du jeu déployé lors des derniers matches, c’est loin d’être fait. Où est donc passé le «Toque argentin», c’est-à-dire ce jeu si subtil fait de passes courtes redoublées qui a fait le charme et le succès de l’équipe d’Argentine des années 2000 ? Est-il définitivement mort ? Toujours est-il qu’au Centenario, mercredi, la Seleccion devra se préoccuper de vaincre avant de convaincre. Seule la victoire sera belle en pareilles circonstances. Juan Sebastian Veron, de retour de suspension, pourrait être aligné dans l’entrejeu. Maradona va sans doute invoquer une nouvelle fois les forces divines pour s’en sortir : «Le Barbu (Dieu) m’a sauvé plusieurs fois, indiquait El Pibe de Oro à la radio argentine Cadena 3, avant la rencontre contre le Pérou. J’espère qu’il le fera cette fois encore.» San Palermo, le buteur du peuple, touché par la grâce, avait joué les sauveurs providentiels, samedi. Et il se murmure qu’ «el Loco» serait prêt à récidiver. Pas plus tard que mercredi.

* Méconnaissable contre le Pérou, le milieu de terrain du FC Barcelone s’est attiré les foudres de la presse argentine.

L’Argentine est qualifiée si...
- Elle bat l’Uruguay.
- Elle fait match nul et l’Equateur ne s’impose pas par au moins cinq buts d’écart face au Chili.

L’Argentine jouera les barrages si…
- Elle fait match nul et que l’Equateur bat le Chili.

L’Argentine est éliminée si…
- Elle perd en Uruguay et que l’Equateur s’impose au Chili.

Mercedi 14 octobre
19h
Chili-Equateur
20h
Uruguay-Argentine

Ismal Bouchafra-Hennequin

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE