16/11/2012 02:07:00
L'hommage des anciens Abega
Quelques heures après l'annonce de la mort de Théophile Abega, Footafrica365.fr a recueilli les réactions de plusieurs anciens joueurs des Lions Indomptables. Tous rendent hommage à Docta, décédé à 58 ans.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Quelques heures après l'annonce de la mort de Théophile Abega, Footafrica365.fr a recueilli les réactions de plusieurs anciens joueurs des Lions Indomptables. Tous rendent hommage à Docta, décédé à 58 ans.

Paul Bahoken (ancien Lion Indomptable, coéquipier de Théophile Abega en sélection)
« Il était un frère pour moi »

«A l'annonce de sa mort, ce matin, j'ai eu du mal à croire la nouvelle. Il m'a fallu plusieurs coups de fil à des amis pour en être tout à fait certain. Nous étions en contact quasi-permanent tous les deux. Nous perdons un grand homme, un monsieur qui a galvanisé l'ensemble du football camerounais pour une ère de succès. J'étais au Tonnerre de Yaoundé, lui au Canon. Ce qui devait se passer sur le terrain se passait, mais une fois les rencontres terminées, nous vivions comme une seule famille. Il était un frère pour moi. Humainement parlant, c'était un garçon très discret mais aussi très serviable. Il a été président du Canon, mais n'oublions pas aussi qu'il était maire de Yaoundé 4. Théophile Abega était altruiste : quand il était capitaine de l'équipe nationale et qu'un joueur avait un problème, il allait toujours voir sans tarder le sélectionneur pour trouver une solution. »

Patrick Mboma (ancien Lion Indomptable) :
« Abega comme les Mbappe Leppe ou autres Manga Onguéné, fait partie des mythes de mon enfance »


« Quel choc !!! Le football camerounais est en deuil! Je souhaite que les autorités fassent le nécessaire pour honorer la mémoire de notre champion disparu. Abega était tout d'abord pour moi "Docteur". Après le Mondial héroïque de 82, son arrivée en France est venue nous mettre du baume au coeur. N'ayant pas les moyens techniques de nos jours, on se contentait de petits passages à la télé et surtout des récits qu'en faisaient nos grands frères. Il est clair que j'ai plus fantasmé sur le numéro 14 des Lions que sur ses matchs à Toulouse quasiment inaccessibles à l'époque...

Néanmoins, comme les Mbappe Leppe ou autres Manga Onguéné, il fait partie des mythes de mon enfance. Ma première rencontre avec lui ne date que de 2002 où j'ai pu le voir débarquer à Tripoli, lors de mon "séjour" libyen. Quel homme, quelle prestance, et quelle carrure! Nos échanges ont été courts et intenses à la fois, et les sourires que nous nous sommes échangés toutes les fois où nous nous sommes rencontrés n'avaient pas l'estampille de l'hypocrisie masquée au fond de nos cœurs. Un vrai respect mutuel était né, comme latent au fond de nous. Abega est un symbole fort d'un football en son temps conquérant (Lions/Canon). C'est dans des moments comme celui-ci qu'on se dit : "j'aurai dû prendre le temps de le connaître davantage". Regrets... Qu'il repose en paix. »

Nicolas Dikoumé (Président de l’Union des footballeurs du Cameroun et ancien Lion Indomptable) :
« C’est un parrain auprès de qui je recevais de très bons conseils »

 
« Paix à ton âme Docteur Abega Théophile, que la terre de nos ancêtres te soit légère. Il faut dire la vie est dure parfois. C'est encore la semaine dernière que je l'ai eu au téléphone car c'est un des parrains de l UFC, auprès de qui je recevais de très bons conseils. Il m a dit : "je sors d’un traitement de 3 semaines aux Etats-unis mais le voyage a été éprouvant je suis à l’hôpital général. La semaine prochaine, monte à Yaoundé, on se voit on discute et tu me rends compte". Ce matin, on m’a appelé pour me dire que le Docteur a rendu l’âme. Merci Docta pour tout ce que tu nous a offert. »

Fernand Nekam (ancien dirigeant Océan Club de Kribi) :
« Abega Théophile était un compagnon du changement »


« Abega Théophile était un compagnon du changement. Il me donnait satisfaction chaque fois que je le sollicitais. Théophile Abega, alias Docta, est une icône respectée de notre football. Je le revois recevoir au stade omnisports d'Abidjan des mains de feu le Président Houphouët Boigny, le trophée de la Coupe d'Afrique des Nations de football organisée par la Côte d'Ivoire en 1984. Capitaine des Lions Indomptables, blessé, après toutes les démarches entreprises par les responsables de la Fécafoot et le ministre de la Jeunesse et des Sports MBombo Njoya, personne ne put le convaincre de jouer la finale. Le mal était sérieux.

Abéga Théophile, comme la plupart des joueurs de sa génération, est un joueur instinctif sachant se faire plaisir. Avant la réception de la balle, l'artiste avait déjà repéré son coéquipier le mieux démarqué. Le public s'en régalait à coeur joie. C'était le contrôle orienté souvent de l'intérieur du pied... Tout ne pouvant être beau sous le soleil, il m'a déçu une seule fois. Un coup de poing infligé à un sportif dans les gradins du stade omnisports Ahmadou Ahidjo. Mécontent du geste, je l'interpellai amicalement et fut satisfait de ses explications...
L'homme qui nous quitte a fait rêver le Canon sportif en signant un accord de partenariat avec des Belges. Hélas ! J'ai la ferme conviction que l'artiste, de surcroît homme politique et membre du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais n'a pas fini sa mission. Sa commune et bien d'autres défis, surtout au plan politique, l'attendaient. J'en suis certain. Adieu l'artiste. »

Propos recueillis par Patrick Juillard et Paul Nana (Rédaction Football365/FootSud)

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE