29/10/2009 21:55:56
Affaire Semenya : La fédération sud-africaine d'athlétisme mise en cause
La Fédération sud-africaine d'athlétisme (ASA) doit expliquer honnêtement quel rôle elle a joué dans la saga Caster Semenya, la championne du monde de 800 mètres à l'identité sexuelle controversée, a déclaré jeudi le parti au pouvoir en Afrique du Sud.
LEMONDE.FR avec AFP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
Le président sud-africain Jacob Zuma a reçu les athlètes à leur retour de Berlin, dont Caster Semenya, ici avec sa médaille d'or du 800 m, le 25 août à Pretoria.
REUTERS/SIPHIWE SIBEKO
Le président sud-africain Jacob Zuma a reçu les athlètes à leur retour de Berlin, dont Caster Semenya, ici avec sa médaille d'or du 800 m, le 25 août à Pretoria.

 

Le Congrès national africain (ANC), qui a mis sur pied une mission d'enquête pour établir les responsabilités dans ce dossier, a accusé l'ASA de ne pas collaborer pleinement. "Dans leurs témoignages auprès de la mission, ils n'ont pas été très honnêtes et ils sont restés sur la défensive", a déclaré le porte-parole de l'ANC, Jackson Mthembu, dans un communiqué.

Par exemple, "ils n'ont pas révélé leur rôle dans la validation des examens de vérification sexuelle menés en Afrique du Sud". "Les échanges de courrier entre l'ASA et l'IAAF (fédération internationale d'athlétisme) prouvent qu'il y avait un accord entre ces deux organes pour conduire les tests", a-t-il ajouté. Caster Semenya, 18 ans, est au centre d'une polémique sur son identité sexuelle depuis sa victoire dans le 800 m des Mondiaux-2009 en août à Berlin.

L'IAAF a officiellement annoncé qu'une enquête était en cours. Des journaux australiens ont affirmé, citant une source anonyme impliquée dans cette enquête, que Semenya était "un hermaphrodite". Cet article et ces fuites ont révolté l'opinion publique sud-africaine. La polémique s'est ensuite déplacée sur le rôle joué par l'ASA. Son président Leonard Chuene, qui avait initialement nié avoir su que la jeune femme avait été soumise à des tests, a finalement reconnu samedi que des tests de féminité avaient bien été effectués dès le 7 août. Il a également reconnu que le médecin de la Fédération avait conseillé de retirer l'athlète de la compétition.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités

PUBLICITE